Jésus, les disciples et la foule, le repos et l’agitation

 7 min
12/07/2021

Cette péricope repose sur la tension entre l’agitation et le repos. Jésus propose à ses disciples de se reposer, mais ils vont être empêchés par la foule. Explications du théologien Antoine Nouis.

18.07.2021 : Marc 6.30-34 – Jésus appelle ses disciples à l’écart

Jésus, les disciples et la foule, le repos et l’agitation

Introduction

Dans le passage que nous avons médité la semaine dernière, les disciples ont été envoyés pour prêcher le changement radical, chasser les démons et soigner les malades. Une fois leur mission terminée, ils se retrouvent avec Jésus. Ils ont beaucoup de choses à partager. On les imagine avides de pouvoir raconter ce qu’ils ont vécu, mais ils ne vont pas le pouvoir.

Points d’exégèse

Attention sur deux points.

Titre : Apôtres

Le premier verset dit : Rassemblés auprès de Jésus, les apôtres lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait. Depuis leur vocation, c’est la première fois que les disciples sont appelés apôtres. En grec, le mot apostolos signifie envoyé. Les Douze ne sont jamais autant apôtres que lorsqu’ils sont en mission.

Titre : Le repos et l’agitation

Cette péricope repose sur la tension entre l’agitation et le repos. Jésus propose à ses disciples de se reposer, mais ils vont être empêchés par la foule : Beaucoup venaient et repartaient, et ils n’avaient pas même le temps de manger.

Dans la Bible, le repos est important, tellement important qu’on en trouve le commandement dans les Dix paroles. Six jours tu travailleras, un jour tu te reposeras. Le repos n’est pas une concession faite à notre humanité, c’est un commandement. La Bible s’oppose à l’oisiveté et à l’agitation.

Pistes d’actualisation

1er thème : Le besoin de désert

Jésus appelle ses disciples à aller à l’écart, dans un lieu désert. Dans la Bible, le désert est un lieu de ressourcement, de retour vers l’essentiel. Au désert, il n’y a pas d’automobile pour abolir les distances, pas de télévision pour passer le temps, pas d’ordinateur pour s’abîmer dans le travail, pas de football pour se distraire, pas de café pour se retrouver entre amis. Les rapports sociaux et culturels n’existent plus, l’humain est nu, dépouillé, conduit à la solitude, ramené à l’essentiel.

Le Petit Prince a dit que ce qui embellit le désert, c’est qu’il cache un puits quelque part. Le problème est qu’il faut parfois creuser profond pour trouver l’eau du puits.

2e thème : La foule ambiguë

Le personnage principal de ce récit n’est pas le groupe des apôtres, mais la foule. La foule qui vient de la ville pour aller vers Jésus au désert. Jésus a toujours eu une relation ambiguë avec les foules. Il s’en est méfié parce qu’une foule, c’est plus qu’une somme d’individus. Dans une foule, les sujets sont noyés dans la collectivité. La foule est capable de l’acclamer lors de sa venue à Jérusalem et de crier À mort ! quelques jours plus tard.

Lors de la tentation du désert, le diable a proposé à Jésus de prendre la tête d’une foule d’adorateurs, mais il a refusé, car il ne veut pas mener des foules, il veut appeler des sujets.

3e thème : La foule en quête de parole

Si en général, Jésus se méfie des foules, il a accueilli cette foule-là parce qu’elle vient de toutes les villes à pied. Elle a fait le chemin qui va de la ville au lieu désert. La ville est le lieu de l’anonymat quand le désert est le lieu de la rencontre.

Parce que les hommes qui vont à Jésus ont fait le chemin de la ville au désert, Jésus a enseigné la foule. Dans la séquence qui suit que nous méditerons dimanche prochain, Jésus nourrira la foule en multipliant les pains.

Ici Jésus enseigne la foule. On peut penser que dans son enseignement il a invité les hommes et les femmes à ne plus se considérer comme les membres d’une foule mais comme des sujets uniques.

Une illustration : Une foule sans berger

Jésus n’est pas ému par la foule en général, mais par la foule qui n’a pas de berger. La grosse accusation de ce passage s’adresse aux bergers qui n’assument pas leur responsabilité. Dans le livre d’Ézéchiel, le prophète est appelé à interpeller les bergers : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Quel malheur pour les bergers d’Israël, qui se repaissaient eux-mêmes ! Les bergers ne devraient-ils pas faire paître le troupeau ? Vous mangez la graisse, vous êtes vêtus avec la laine, vous avez sacrifié les bêtes grasses : vous ne faites pas paître le troupeau. Vous n’avez pas fait reprendre des forces aux bêtes qui étaient faibles, soigné celle qui était malade, pansé celle qui était blessée ; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue ; mais vous les avez dominées avec force et avec rudesse. Elles se sont dispersées faute de berger ; elles sont devenues la proie de tous les animaux sauvages ; elles se sont dispersées. (Ez 34.2-6).

Pour aller plus loin :
Le théologien Antoine Nouis reçoit Florence Taubmann, pasteure, pour commenter le texte biblique de Marc 6, 30-34 : https://campusprotestant.com/video/le-retour-des-apotres/

Production : Fondation Bersier
Intervenant : Antoine Nouis

Nos séries podcasts