Qui sont les vrais grands ?

Dans ce récit, l’évangile aborde la question de notre rapport au pouvoir. Explications du théologien Antoine Nouis.
 9 min
11/10/2021 | Bible

17.10.2021 : Marc 10.35-45 – Demande des fils de Zébédée

Qui sont les vrais grands ?

Introduction

Dans sa montée à Jérusalem, Jésus opère une déconstruction de la théologie et de l’éthique pour les reconstruire à partir de la croix. Ces deux derniers dimanches, il a traité les questions de notre rapport à la sexualité et à l’argent ; dans ce récit, l’évangile aborde la question de notre rapport au pouvoir.

Points d’exégèse

Attention sur deux points.

Titre : Vous ne savez pas ce que vous demandez

Lorsque les fils de Zébédée demandent d’être à la droite et à la gauche du Christ dans sa gloire, peuvent-ils penser que ce sont deux brigands qui seront à ses côtés sur la croix ?

Jésus leur répond qu’ils ne savent pas ce qu’il demande. Dans la tradition musulmane, un homme dit à Allah : « Donne-moi tout ce que mon cœur souhaite ». Allah lui répond : « Tu ne sais pas ce que tu demandes. Afin de te le montrer, je t’accorde ton souhait. » Aussitôt, il entend la maison à côté de la sienne s’écrouler car son voisin était riche et l’homme avait toujours regardé cette maison avec un mélange de rancune et de convoitise. Se précipitant dehors pour voir ce qui se passe, l’homme heurte un enfant et lui jette un regard de colère : à l’instant même, l’enfant disparaît. Alors l’homme s’arrête, se tourne vers Allah et l’implore : « Assez, je t’en prie, assez ! »

Titre : L’ironie du baptême

Les disciples ne savent pas ce qu’ils veulent quand Jésus leur demande s’ils peuvent être baptisés du baptême qu’il recevra ? Par une ironie de l’histoire, les disciples recevront ce baptême car eux aussi connaîtront la persécution, mais avant cela. Ils devront apprendre que le chemin du disciple peut conduire à la croix, mais pour cela ils ont encore un long chemin à parcourir.

Cela fait trois ans qu’ils cheminent avec Jésus, mais ils sont loin d’avoir intégré le cœur de son message. Il n’y a pas trop de toute une vie de disciple pour habiter l’évangile en totalité.

Pistes d’actualisation

1er thème : Le pouvoir, une domination

Nous avons vu, dans l’épisode précédent, que Jésus appelle l’argent Mamon pour insister sur le fait qu’il a une logique opposée à celle de l’Évangile. Il en est de même du pouvoir qui appartient à celui qu’on appelle le Prince de ce monde : c’est le domaine du Satan à qui tous les royaumes ont été remis (Lc 4.6). En inscrivant le pouvoir dans le registre du diabolique, Jésus rappelle qu’il est dans sa nature de s’exercer, et de s’exercer jusqu’au bout. Il suffit de relire l’histoire des civilisations : l’immense majorité des mouvements de libération n’ont fait que remplacer un asservissement par un autre, souvent plus sévère selon la dialectique du maître et de l’esclave décrite par Hegel.

Jésus appelle à changer de logiciel en changeant de question. Ce n’est plus : Comment faire pour être maître, mais comment faire pour être serviteur.

2e thème : Les vrais serviteurs (lavement des pieds / croix)

Puisqu’on relit les relations entre maîtres et serviteurs à la lumière de la croix, on ne peut oublier que dans le quatrième évangile, le dernier enseignement que Jésus a laissé à ses disciples concerne le pouvoir. Il s’est levé, a attaché une serviette autour de ses reins et il leur a lavé les pieds : Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres , car je vous ai donné l’exemple, afin que, vous aussi, vous fassiez comme moi j’ai fait pour vous (Jn 13.14-15).

3e thème : Le renversement des valeurs

La logique de la Croix a prévalu dans la première Église si on se réfère à ce que Paul dit à l’Église de Corinthe : Il n’y a pas parmi vous beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Dieu a choisi ce qui est fou dans le monde pour faire honte aux sages ; Dieu a choisi ce qui est faible dans le monde pour faire honte à ce qui est fort (1 Co 1.26-27).

Nous sommes invités à changer notre regard sur l’Église. Sa vraie richesse ne repose pas sur le statut social de ses membres, mais sur ses serviteurs, ses disciples qui savent vivre de la logique de la croix.

Une illustration : Qui sont les vrais grands

Ce passage nous invite à nous demander qui sont les vrais témoins du Christ. Quand je relis mon ministère et les différentes Églises que j’ai servies et que je pense à ceux qui ont été pour moi des modèles de foi, il n’y a parmi eux aucun dirigeant dont le nom est connu, mais des petits, des humbles, des serviteurs. Ce sont eux qui sont les vrais grands dans l’ordre du royaume.

Pour aller plus loin :
Le théologien Antoine Nouis reçoit Laurence Belling, protestante réformée, chargée de la catéchèse des jeunes dans son église, pour discuter de Marc 10, 35-45 : https://campusprotestant.com/video/la-demande-de-jacques-et-de-jean/

Production : Fondation Bersier
Intervenant : Antoine Nouis

Vous pourriez aimer aussi

La demande de Jacques et de Jean

Quoi de plus normal pour les disciples qui ont été aux côtés de Jésus depuis le début de vouloir être les plus proches collaborateurs de...
 13 min
17/10/2021